Origine 

De la photographie abstraite mais de la photographie, mêlant parfois l'infiniment grand et l'infiniment petit. Un clin d’œil à la peinture, à l'art, le surréalisme et l’abstraction, mes pinceaux sont mon œil et mes objectifs, que le regard, la palette ou le burin d'autres viennent enrichir.

De la « photure » peut-être...
L'empreinte de la nature, de l'humain à travers un regard poétique doux et bienveillant, la féminité s'accrochant à un monde en tourment, le devenir d'une espèce dans le chaos qu'elle à provoqué. Heures sombres ou lumineuse, le yin et le yang, un tourbillon dans lequel il faut se laisser glisser pour inventer et réinventer sans cesse ses propres images.

Mais que serait la vie sans le bonheur intense
Que nous offrent la nature et la beauté du jour
La lumière du matin sur une plaine immense
Le coucher du soleil sur une mer de velours

Mais que serait la vie sans le regard précieux
D’une amie d’un amour ces moments partagés
De rires et d’émotions et quel que soit le lieu
La même complicité même après des années

Mais que serait la vie sans l’art qui nous abreuve
Cette douce violence l’émotion et le doute
Le cœur qui s’emballe le regard ébloui

Toute la beauté du geste et le corps à l’épreuve
Sans cesse réinventer donner coûte que coûte
Un peu d’eau et de feu et de sel à la vie

Gilles Morteveille

Artirage siret n° 491 327 573
contact@artirage.com
Tous droits réservés - reproduction même partielle interdite